Wednesday, February 20, 2013

Les secrets de l'affaire Dreyfus et l'espionnage militaire français

Pierre Gervais, Pauline Peretz et Pierre Stutin
Le dossier secret de l'affaire Dreyfus
Alma éditeur (collection Essai-histoire), Paris, 2012, 345 pp.
ISBN : 978-2-36279-043-0

Les faits. Le 15 octobre 1894, on arrête le capitaine Alfred Dreyfus. Il aurait livré des renseignements à l'attaché militaire allemand, Maximilian von Schwartzkoppen. Seule preuve : une ressemblance, très incertaine, entre l'écriture du capitaine et celle d'un bordereau dérobé par la Section de statistiques, le contre-espionnage français. Dreyfus est aussitôt condamné. Puis réhabilité en 1906. Pour accabler Dreyfus, la Section de statistiques constitue - en violation du droit - un "dossier secret" connu des seuls juges et caché à la défense. Au nom de la raison d'État, la Section l'augmentera régulièrement de pièces incohérentes et de faux jusqu'à ce que ses manipulations soient démasquées.

Le "dossier secret" restait à découvrir. Pour la première fois, des chercheurs le reconstituent et, plus encore, s'intéressent à sa fabrication. S'inspirant des méthodes mises au point par les médiévistes pour l'étude des procès et des archives sensibles, nos trois auteurs ont reconstitué aux archives militaires de Vincennes, le travail réalisé au fil des ans par les accusateurs obsessionnels de Dreyfus...

Résumé

Cette enquête est inspirée des méthodes mises au point par les médiévistes pour l'analyse des procès de l'Inquisition. Elle révèle les secrets de l'affaire Dreyfus et la constitution d'un dossier qui l'a accusé, par le service d'espionnage et de contre-espionnage militaire français.
Trois chercheurs ont rouvert les archives conservées au Service Historique de la Défense et aux Archives nationales pour reconstituer le «dossier secret» produit par la Section de statistiques –le service d'espionnage et de contre– espionnage militaire français– afin d'accabler le capitaine Dreyfus.
Transmis aux seuls juges du Conseil de guerre, caché à l'accusé comme à ses défenseurs, le «dossier secret» fut augmenté de faux et de pièces incohérentes au fur et à mesure que s'amplifiaient la protestation contre l'iniquité du procès et les demandes de révision. Sa fabrication (près de 500 documents) trahit les obsessions des responsables de la Section. À la xénophobie et à l'antisémitisme s'ajoute la hantise du cosmopolitisme et de l'homosexualité, rappelant les fantasmes et les procédures accusatoires de l'Inquisition. Les trois chercheurs ne se contentent pas de révéler une histoire jusqu'à présent ignorée des récits officiels. Ils renouvellent la méthode en s'inspirant des techniques mises au point par les médiévistes pour l'analyse des manuscrits anciens et des procès. Et nous plongent, au rythme d'un roman d'espionnage, au coeur du Paris de la Belle Époque.

Pauline Peretz, Maître de conférences en Histoire contemporaine au Centre de Recherches en Histoire Atlantique (CRHIA)
Pierre Gervais, Maître de conférences en Histoire contemporaine l’Université Paris VIII Vincennes Saint—Denis
Pierre Stutin, directeur de projets informatiques et historien spécialisé dans l'histoire de la IIIe République (1875 - 1945).

No comments: